This site has limited support for your browser. We recommend switching to Edge, Chrome, Safari, or Firefox.

Grandmother's Day hydration duo at -20% with code: MAMIE

Free Lipid-Replenishing Cleansing Oil for purchases over €49!

All our treatments are enriched with BIONACRE®, whose regenerative and restorative powers have been scientifically demonstrated.

Free delivery and -15% discount from €49 with code BIENVENUE15

With a Yuka score of 100/100, all our products are Clean and bursting with natural ingredients.

Secure payment. Fast delivery.

BIENVENUE15 to get 15% off your first order

Panier 0

Congratulations! Your order qualifies for free shipping Spend an extra 49€€ to get free shipping
No more products available for purchase

Is this a gift?
Estimate shipping
Subtotal Free
Shipping, taxes, and discount codes are calculated at checkout

Your Cart is Empty

Le blond d’adoption peut-il être clean ?

blond d'adoption - Clean beauty - We Are Clean

Le blond d’adoption peut-il être clean ?

Parler blond « d’adoption », c’est parler décoloration, la plupart du temps. En effet, rarement les fans de cette couleur appartiennent naturellement à cette famille. Alors pour entrer dans ce club très prisé du blond réussi, il faut passer par la décoloration. OK mais le clean dans tout ça ? On tire cela au clair.

Décoloration, coloration, c’est quoi exactement ? Le principe de la décoloration consiste à éliminer, plus ou moins et de manière plus ou moins rapide, les pigments naturels qui sont à l’intérieur de la fibre capillaire, en ayant recours à l’oxydation. On ne vide pas totalement le cheveu de sa couleur originelle, on l’éclaircit jusqu’à huit tons maximum. Un cheveu foncé, par exemple, va évoluer vers le rouge, avant d’arriver au jaune, futur blond harmonieux… Mais le processus ne s’arrête pas là, puisqu’il faut ensuite recharger le cheveu en pigments de la couleur désirée. La bonne nouvelle ? il existe aujourd’hui des colorations végétales.

La coloration végétale, c’est quoi ?

Attention, il y a coloration végétale et coloration végétale préviennent Sarah Horlaville El Kamel, responsable éducation France d’Aveda et Céline Herbeaux, conseillère au sein de l’équipe conseil des Couleurs de Jeanne. Une véritable colo végétale n’associe que des plantes tinctoriales comme le curcuma, le henné, le brou de noix, l’indigo, et des poudres soins à base d’autres plantes, comme la guimauve ou le jujubier. Elle se superpose à la couleur naturelle.

Pour les blondes désireuses d’obtenir un blond plus froid ou plus chaud, plus homogène ou plus brillant, il y a des plantes comme la camomille ou le curcuma (apportent des reflets dorés), l’indigo (neutralise les reflets roux, jaunes et fonce légèrement), le henné rouge (intensifie le coté chaud). Une coloration végétale à 100% n’a recours qu’à un mélange de plantes et pas à un oxydant. Sinon, il s’agit d’un kit de « fausse coloration végétale ».

Si vous optez pour une colo maison, lisez attentivement le flacon et si vous voyez de l’ammoniaque, du polyquaternium, du propylène glycol, ou des toluènes, passez votre chemin ! Attention, des cheveux entretenus avec des shampooings ou des soins siliconés, ne pourront pas faire tenir la coloration végétale. Les pigments vont glisser sur la cuticule. Pour remettre les cheveux « à zéro » après des années de soins siliconés ou autres qui engorgent le cheveu, faites une cure de soins à l’argile pour les détoxifier pendant trois semaines, avant d’envisager votre coloration végétale.

Un blond « clean » ou presque… ça existe ?

Tous les experts sont unanimes, pour passer au blond quand on a une couleur naturellement foncée, il faut forcément passer par la case décoloration. Or la décoloration n’est, pour l’instant, pas clean puisqu’elle nécessite forcément un processus chimique. Sauf si on se contente des reflets du soleil.

Pour Romain, coloriste, créateur de Romain Colors, spécialiste de la coloration douce, vegan et organique, la douceur s’impose toujours quand on parle de cheveux, même si, tout dépend de la couleur de base.

Selon lui, impossible de décolorer le cheveu sans oxydant et sans persels. Mais, pour adoucir ce procédé, il a recours à un mélange végétal / chimique : un balayage à l’argile, au kaolin, à la poudre de riz, mélangés à des oxydants dans des doses raisonnables afin de respecter au maximum l’intégrité de la fibre. Attention, même les décolorations les plus « clean » possibles doivent pouvoir être compatibles avec des colorations végétales. Car la coloration végétale n’est pas compatible avec tout. Et pour cause, une coloration végétale peut contenir de l’indigo, qui s’associe très mal avec les décolorants qui risquent de faire virer la couleur désirée. C’est pour cette raison qu’une coloration végétale ne peut pas se faire aussitôt après une décoloration chimique. Et cela, on ne le sait pas toujours… Même si, et c’est là son atout, la coloration végétale respecte le cheveu. En effet, son processus actif s’arrête naturellement, contrairement à la coloration chimique qui poursuit son travail au cœur du cheveu. Ce qui explique pourquoi la coloration végétale offre une transparence très naturelle et très recherchée !

Décoloration, coloration, vraiment pas clean

Concrètement, pour décolorer le cheveu, on utilise des agents éclaircissants (comme le peroxyde d’hydrogène, c’est-à-dire l’eau oxygénée), qui sous l’effet d’un catalyseur (l’ammoniaque), vont éclaircir les pigments naturels du cheveu.

L’ammoniaque a deux actions : il catalyse l’action de l’eau oxygénée, accélère la réaction chimique, ramollit la kératine du cheveu, en ouvre les écailles et ainsi les pigments peuvent quitter plus facilement le cheveu. Sont associés à l’eau oxygénée et à l’ammoniaque, des persels, des oxydants qui sont extrêmement puissants (parmi eux on trouve les persulfates d’ammonium, de potassium, de sodium).

Une fois le cheveu décoloré, on le recolore étape par étape, en passant par une pré coloration qui affichera une teinte intermédiaire, puis on termine par la nuance désirée. Afin d’empêcher les nouveaux pigments de partir avec l’eau du prochain shampooing, le coiffeur termine le cycle par un shampooing spécifique à pH acide, afin de rééquilibrer le PH du cheveu et du cuir chevelu et surtout, de refermer les écailles. Selon la nature et l’état des cheveux, le professionnel peut proposer à sa cliente d’attendre quelques jours après la décoloration avant de passer à l’étape de recoloration. Le but ? Ne pas sur sensibiliser un cheveu déjà très agressé par la décoloration. Vous l’aurez compris, pas grand-chose de naturel dans tout cela.

En conclusion, si vous avez les cheveux foncés, ne rêvez pas, un blond clean est impossible. Il passera forcément par une décoloration intense. La seule précaution « clean » est de jouer avec des soins naturels et le facteur temps. Si vous avez une base naturelle blonde, vous pouvez la magnifier avec des plantes dans une démarche clean.

Une nuance d’espoir ? Romain travaille actuellement avec le service Recherche et Développement des laboratoires Pierre Fabre pour imaginer une formule capable d’éclaircir le cheveu de deux à trois tons, de façon totalement clean.

En attendant, aimez-vous telle que vous êtes, offrez à vos cheveux des soins 100% clean (sans silicones et autres agents polluants) et choisissez ainsi la voie de la sagesse… en beauté. Merci à Romain, coloriste créateur de Romain Colors à Paris (romaincolors.fr), à Sarah Horlaville El Kamel, responsable éducation France d’Aveda (aveda.eu) et à Céline Herbeaux, conseillère au sein de l’équipe conseil des Couleurs de Jeanne (lescouleursdejeanne.fr)

ENVIE D'EN LIRE PLUS?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être sûre de ne louper aucun article.